Les enjeux autour de l’automédication ?

Les enjeux autour de l’automédication ?

L’automédication se définit comme étant une utilisation de médicaments en l’absence d’ordonnance médicale. Cela peut être pratiqué par une personne pour elle-même ou pour un proche. Cependant, cette notion d’automédication peut bel et bien recouvrir d’autres réalités. Quels sont alors les enjeux qui tournent autour de cette pratique ? Nous aborderons davantage le sujet dans cette rédaction.

Quels sont les médicaments concernés par l’automédication ?

Depuis les années 2008, de nombreux médicaments disponibles sans ordonnance sont placés dans l’officine. Ceci est fait dans le but d’offrir la possibilité à n’importe quel patient de se servir lui-même. Ce sont des médicaments généralement connus sous le nom de « en libre accès », « de médication officinale », « en accès direct » ou « OTC ». Tous les médicaments concernés par ces différentes dénominations possèdent une autorisation de mise sur le marché. De même, chacun d’entre eux est inscrit sur la liste de l’agence nationale de sécurité des aliments et les produits de santé des médicaments de médication officinale.

Quelques médicaments de l’automédication

Depuis le 15 janvier 2020, l’Autorisation de Mise sur le Marché (AMM) s’est prononcée sur les types de médicaments que l’on peut retrouver dans la catégorie de l’automédication. Il s’agit notamment des médicaments à base du paracétamol, d’aspirine et d’ibuprofène. Les produits dérivés de ces derniers sont disponibles sans ordonnance médicale obligatoire. Certains médicaments ne sont plus accessibles au libre accès. Il s’agit notamment de ceux qui présentent des contre-indications majeures. De même, les médicaments possédant un risque important d’interactions médicamenteuses sont exclus de médication officinale. Pour finir, tous les médicaments dont le niveau de sécurité n’est pas à la hausse pour une utilisation en automédication sont bannis. Ce qui revient donc à dire que les risques des médicaments en accès libre sont totalement faibles. Cependant, ils ne sont jamais nuls. Car certains médicaments disposent des effets indésirables lorsqu’ils interagissent avec d’autres médicaments.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.